Vernissage à l’Institut Français de Cotonou : Rémi Samuz parle des femmes avec tolérance et respect.

Author: Pas de commentaire Share:

«Si je suis là devant vous présentement, c’est grâce à une femme. Je suis né d’une femme » Voilà les premiers mots de Rémi Samuz au vernissage à l’Institut Français de Cotonou ce jeudi 8 mars 2018, Journée Internationale de la Femme. Une marmite géante, des personnages féminins tissés et la conférence des femmes, voilà les œuvres qui ont permis au public de constater la valeur que cet artiste accorde à la gent féminine.

Une marmite géante installée devant le parking de l’Institut français de Cotonou, dans la salle d’exposition, les autres œuvres figures de femmes aux milles bras vous tiennent en haleine et tout au fond de la salle, les neuf personnages féminins tissés forment La conférence des femmes. De l’observation de ces œuvres, la déduction de la thématique est chose aisée : Rémi Samuz rend hommage à la femme. Un hommage qui se justifie pleinement en ce jour où toute l’humanité est conviée à réfléchir sur les droits de la femme. Ces nombreux personnages féminins tissés en fil de fer sont des représentations des multiples facettes de la femme : femme au foyer, femme nourrice, femme ouvrière, femme intellectuelle comme rurale et mère porteuse. La précision des formes des femmes tissées laisse entrevoir une rigueur et une application scientifique dans la démarche sculpturale. Dextérité, doigté et patience sont prioritaires dans le rendu. « J’ai beaucoup aimé la manière avec laquelle l’artiste a associé la forme et le fond. Le fil de fer tissé au service d’un hommage à la femme. En tant qu’artiste plasticienne, je trouve que Rémi Samuz aime sa mère en particulier et la femme en général. Il place les femmes devant leurs responsabilités en leur demandant une unité sincère et agissante. » laisse entendre Eliane AHISSO.

Toutes les catégories de femmes sont représentées et portent le message de la pluridisciplinarité de la femme au sein de la société. Les œuvres sont statiques, accrochés au mur comme disposées dans une position fixe peut-être pour mieux porter leur vision réaliste. Le message est didactique et sans équivoque : peu importe le métier, la femme participe au développement et au maintien de l’équilibre de l’humanité. Et une union sacrée et sincère des femmes fera beaucoup avancer le monde. Rémi Samuz restaure l’essence de la femme à travers des symboles : marmite et clichés de femmes. L’artiste valorise à tout point de vue la femme et la re-place dans son rôle de maintien et de survie de l’espèce et de l’espace. Rémi Samuz soumets les regards aux profonds questionnements de renaissance de l’humanité à une époque où la technologie se fourvoie dans ses attributs et ses limites face à l’humain et surtout face à la femme qu’elle pense remplacer. Cet artiste plasticien fait un rappel à l’ordre et soutient qu’il faut qu’on respecte cet être innocent. Et l’avis de la Directrice de l’Institut Français justifie cette conception : « Rémi Samuz parle des femmes avec tolérance et respect ». Féministes, vous ne perdez rien à faire un tour.

Paterne TCHAOU

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Découverte : Studio Africa Sound City

Next Article

Vernissage de Rémi Samuz à l’Institut Français ce jeudi 08 mars

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *