Téni-Tédji 4 : Récréation inoubliable au Complexe scolaire d’Akron de Porto-Novo

Author: Pas de commentaire Share:
L’Atelier Coluche à Akron ©Bénincultures

Une recréation pas comme les autres. Environ une heure trente de joie et de crie d’allégresse. C’est ce que les marionnettistes de l’Atelier Coluche du Bénin et Ahmad du Burkina Faso ont offert aux élèves, instituteurs et parents d’élève du Complexe scolaire d’Akron (Porto-Novo) ce vendredi 19 avril dans le cadre de la 4e édition du festival International des Arts de la Marionnette au Bénin.

Occupant une scène improvisée à l’intérieur d’un alignement rectangulaire des élèves, sous un soleil pas trop clément, les marionnettistes de l’Atelier Coluche et à leur suite Ahmad ont tenu l’ensemble de leurs spectateurs dans une admiration sans faille à leur art. Le premier groupe, avec son spectacle ‘’L’Héritage’’ où il a été question essentiellement de partage de neuf bœufs entre quatre enfants d’un vieillard, ce sont les élèves eux-mêmes qui jouent les personnages de la progéniture du décédé. Sous les yeux des élèves enthousiasmés, quelques-uns sont transformés en des marionnettes vivantes représentant soit les bœufs, soit les fils hérités et accompagnés alternativement par le récit de l’histoire par les acteurs de la troupe et par une animation de percussion. Très réactifs aux slogans qui maintiennent leur attention avec le spectacle, les élèves se sont montrés assez intéressés.

Lorsqu’Ahmad succède à l’Atelier Coluche, l’ambiance gagne en chaleur et en passion. Son spectacle se résume en une suite de danse, tantôt entre un élève et une marionnette, tantôt entre les élèves et une marionnette ou encore en une séquence de danse de marionnettes applaudie. Ici, ce qui aura particulièrement marqué est l’entrée en scène d’une mère d’élève qui, fatiguée d’exciter l’intérêt de sa fille, alla jusqu’à la proposer à Ahmad qui semblait visiblement ne l’avoir pas vu. Le marionnettiste Burkinabé se confie sur son objectif dans ce spectacle : c’est « amener les enfants à être dans la joie avec les marionnettes. Il y a ces enfants-là qui sont tristes de personnage et en ayant en face d’eux les marionnettes, ils arrivent à retrouver la joie. J’ai trouvé les enfants enthousiastes. Ils ont participé et ils ont pleinement adoré. » L’élève Dèhoumon Moïse en classe de CM1, dans son français à lui se prononce : « J’aime tout ce qui s’est passé. Je veux qu’il vienne la prochaine fois pour qu’on travaille ensemble. » Une autre dit son plaisir « de voir nos camarades danser avec les marionnettes ».

Une bonne expérience en définitive qui a réuni au-delà des élèves, leurs encadreurs et parents autour d’activité ludique très appréciée des uns et des autres. Une initiative a renouvelée sans contexte.

Bénincultures

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Téni-Tédji 4 : La Compagnie Nama du Mali fait ‘’La fête au village’’

Next Article

Téni-Tédji 4 : Les grandes personnes de Boromo assiègent Porto-Novo

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *