Téni-Tédji 4 : La Compagnie Nama du Mali fait ‘’La fête au village’’

Author: Pas de commentaire Share:
Un calao imposant participe aussi à la fête ©Bénincultures

Ce Jeudi 18 avril à la Maison Internationale de la Culture MIC de Porto-Novo, les marionnettistes maliens de la Compagnie Nama ont recréé le mythe de la présence des masques et marionnettes pendant la Tabaski en pays Mandingue.

Il était une fois, la fête chez les hommes. Et les animaux s’étaient invités. On pourrait ainsi résumer le spectacle ‘’La fête au village’’. Sur un fond de percussion de djimbé, le spectacle commence par des pas de danse de chasseurs. Un rythme assez soutenu et cadencé qui emporte rapidement le suffrage du public par des applaudissements. L’arrivée des deux Mérins se lit comme les salutations de bienvenu aux invités de la fête que sont le public. Leurs pas de danse est majestueux aux côtés des couleurs de leurs costumes. Sur leurs pas se découvre une femme callipyge dont les roulements de fesses enchanteurs attirent l’attention et force le rire des spectateurs. Semblable à la prestation d’une jeune fille qui foule l’arène dans une fête pour enflammer l’assistance, cette apparition s’enrichit de l’admiration et de la convoitise d’un babouin. Dans son élan, le passage d’autres animaux plus fort que lui, tel qu’un lion aussi emporté par le rythme, le fait se ranger. Sur leur pas se pointe un lapin dont le blanc du pelage apaise les agitations.

La séquence d’animation avec des marionnettes à fils passe pour un grand instant de réjouissance où la dextérité et l’agilité des marionnettistes ont conféré aux pas de danse de leurs marionnettes élégamment habillées une qualité de jeu sans pareil. Les acteurs eux-mêmes leur emboitent le pas par une chorégraphie. Deux autres masques s’installent, celui d’une antilope vigoureuse et alerte et celui d’un calao imposant. Une communion entre les acteurs et le public clore le spectacle avec la danse Djantigui qui traduit la liesse générale. Ainsi, cette alternance de pas de danse entre le monde animal et humain, par l’entremise des marionnettes et des masques, a été d’un attrait certain sur le public constitué d’une bonne partie d’enfants conquis.

Renouer avec un mythe fondateur

Le but de ce spectacle d’une quarantaine de minute, explique le metteur en scène Yacouba Magassouba, est de revisiter la mémoire du peuple Bambara en pays Mandingue qui dit qu’un jour de Tabaski, comme appelés et envoutés par les festivités au village, les animaux sont sortis de la brousse pour se mêler aux réjouissances. Les hommes, bien que les ayant acceptés dans leur entourage en consacrant cette relation qui unit monde animal et humain n’ont pas pu s’empêcher d’initier des activités de chasse. Et au-delà précise l’un des marionnettistes – danseur, « même actuellement au village, quand il y a la fête au village, les animaux se transforment en homme pour fêter avec les gens. Même aujourd’hui dans une boite de nuit, tu peux voir une femme que tu n’as jamais vue et que personne ne connait, c’est peut-être un esprit qui est revenu au milieu des gens. » Ce spectacle est donc un rappel à la conscience humaine de ce type de relation qui exista aux temps anciens. A comprendre que les différentes apparitions d’animaux sont porteuses de sens. De cette sorte, le lion qui vient déranger le plaisir du babouin derrière la femme aux fesses nourries ne vient pas en prédateur mais pour dire qu’il se laisse aussi conquérir par le beau. Ou encore les entrées du lapin, du calao sont à comprendre comme des appels à la fraternité et à la paix. En tout, un agréable voyage aux origines des relations hommes-animaux qui sont bien mises en exergue à travers ces masques et marionnettes.

Bénincultures

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Plumes Dorées 6 : Une douzaine de jeunes formés à l’écriture de roman

Next Article

Téni-Tédji 4 : Récréation inoubliable au Complexe scolaire d’Akron de Porto-Novo

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *