Quinzaine de la Photographie au Bénin : Yvon N’gassam, grand prix de l’excellence-photo 2017

Author: Pas de commentaire Share:

Pour couronner les 15 jours du festival international « Quinzaine de la Photographie au Bénin », l’Association des Photographes d’Art du Bénin a organisé le vendredi 10 novembre 2017, la grande nuit de la photographie. Elle s’est déroulée au Centre Culturel Chinois de Cotonou et a été l’occasion pour les organisateurs de distinguer les meilleures  œuvres de cette édition.

« La sexualité, source de troubles ». Tel est le thème du projet qu’a défendu le lauréat du ‘’Grand prix Quinzaine de la Photographie au Bénin édition 2017’’, Yvon N’gassam dans ses différentes expositions lors de ce festival. Abordant ainsi d’une manière particulière le thème général de cette 4e édition,  « La photographie en temps troublants », l’artiste visuel camerounais (c’est ainsi qu’il préfère se faire désigner) estime que parler de troubles, donc de la photographie en temps troublants ne veut pas forcément signifier ou sous-entendre « la photographie dans une situation de crise, de rebellions, ou de soulèvements ».

Il explique que plusieurs autres facteurs que l’on ne voit pas forcément pourraient  constituer des sources de troubles pour les populations. « Dans le projet que je suis venu défendre lors de ce festival, j’ai voulu parler de la sexualité. Interroger l’univers d’un couple après l’acte sexuel pour ressortir l’aspect qui pourrait constituer ou qui pourrait faire appel au trouble dans ce cas. Et j’ai découvert que quand un homme ou une femme dans un couple ou une relation n’est pas sexuellement épanoui (e),  cela pourrait être source de troubles psychologique et physique », défend-t-il.

Il va plus loin dans ses explications et donne l’exemple des êtres humains qui se donnent volontiers pour servir de kamikaze ou de bombes parce qu’on leur a promis 77 ou tel nombre de vierges au paradis. «  Ces personnes, je me demande s’ils ont une sexualité assumée et assurée. Vu leur comportement, la réponse pourrait être non. Pareil dans la vie active. Une vie sexuelle non épanouie amène des personnes à des « dérives » qui finalement ne participent plus à la création d’une société, d’une Afrique pacifique », croit-il savoir.

Les membres du jury que sont Serge Guézo, Christian Alliki du Bénin et Nadine Siegent de l’Allemagne ont expliqué avant la délibération, la particularité des œuvres de Yvon N’gassam. Selon Christian Alliki, l’originalité du lauréat a été d’aborder « une thématique aussi sensible avec une poésie esthétique et plaisante ». Les deux autres prix à savoir les prix de l’innovation et de la créativité sont respectivement revenus au photographe Burkinabé Mohamed Ouédraogo qui a exposé sur l’insurrection populaire survenue au Burkina Faso en 2014 et au photographe Sénégalais Babacar Traoré qui a exposé sur les murs dans les situations de crise qui ont servi de support aux populations pour exprimer et porter leur voix.

La soirée a été enrichissante, meublée par des prestations artistiques. Les photographes participants à cette 4e édition de la Quinzaine de la photographie ont promis de revenir au Bénin pour continuer avec  leur projet « Take a picture » sur lequel ils ont travaillé au cours de ce festival et dont le libellé a été projeté au cours de la soirée.

 

Chanceline MEVOWANOU (Collaboration) ©www.benincultures.com

 

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Théâtre : « Sossoumassédé », entre révolte et exhortation

Next Article

2è Débat Littéraire : Habib Dakpogan , « quand je me révolte, j’écris»

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *