Participation du Bénin au Festival International Cinéma et Migrations Agadir : Sylvestre Amoussou sauve l’honneur du Bénin

Author: Pas de commentaire Share:

Le Bénin était l’invité d’honneur de la 15e édition du Festival International Cinéma et Migrations Agadir qui s’est déroulé du 05 au 10 novembre 2018 au Maroc. En hommage au Bénin, le film « L’Orage Africain, un contient sous influence » de l’acteur,  producteur et réalisateur béninois Sylvestre Amoussou a été projeté dans la soirée du jeudi 08 novembre 2018 dans la ville d’Agadir au cinéma RIALTO. Selon Mohamed IRGUI, Secrétaire Général de l’Association Initiative Culturelle, ce film du réalisateur béninois est comme la bouée de sauvetage qui a sauvé l’image du Bénin.

Pourquoi le festival choisit chaque année depuis la 13è édition un pays en qualité d’invité d’honneur ? 

Mohamed IRGUI : C’est pour nous une ouverture vers d’autres partenaires au niveau africain. On s’est rendu compte qu’on était plus attaché aux professionnels du métier du cinéma et aux festivals en Europe plus qu’en Afrique alors qu’on partage avec les pays africains beaucoup de ressemblances et de spécificités. On a aussi voulu donner plus de visibilité à la thématique du festival « les migrations » pour qu’elle soit étudiée et analysée en Afrique. On a débuté par la Côte d’ivoire, le Cameroun l’année dernière et cette année le Bénin.

Comment le Bénin a été retenu pour être pays invité d’honneur ?

Le choix du Bénin s’est fait par la force des choses. On a rencontré Sylvestre Amoussou qui est un grand réalisateur béninois. Il a été membre du jury sur le festival. Il s’est avéré comme un contact qui pourrait nous intégrer dans le circuit du cinéma au Bénin pour plus de collaborations. A l’occasion de cette 15e édition, le comité a décidé de faire honneur au Bénin et heureusement pour le pays, le film de Sylvestre Amoussou était là. Puisque c’était le réalisateur réputé qu’on connaissait au Bénin pour la qualité de son travail et sa volonté de redynamiser les choses pour donner un autre visage au cinéma béninois. Il a proposé son film, le comité a suivi et c’est là que le Bénin a été retenu pour pays invité d’honneur car il fallait un film digne pour représenter le pays. Son film a sauvé l’honneur du pays.

Quelles sont les  opportunités qui peuvent découler de cette participation au festival pour les cinéastes béninois après ?

Déjà la délégation béninoise qui est venue sur le festival pour moi est une belle sélection de la part de Sylvestre Amoussou à cause de la diversité des acteurs. Elle est composée de responsables administratifs en charge de la promotion du cinéma, de réalisateurs, de comédiens et de journalistes culturels. L’opportunité pour ces acteurs du Bénin est qu’il aura des échanges médiatiques entre les deux pays, une rencontre entre le cinéma des deux pays et d’autres pays également car le festival cette année a rassemblé 20 différentes nationalités de professionnels de cinéma. Ces rencontres peuvent engendrés des productions conjointes, des partenariats entre ces divers acteurs du cinéma venus de plusieurs horizons. Le Festival International Cinéma et Migrations Agadir est un festival très ouvert. Et les acteurs béninois pourront profiter de cette ouverture. Notre souhait est que des films des réalisateurs béninois se retrouvent les années à venir en compétition sur le festival.

Le film  « L’Orage Africain, un contient sous influence »  de Sylvestre a été  projeté le jeudi 08 novembre 2018 au cinéma RIALTO. Un mot sur la projection.

« L’Orage Africain, un contient sous influence »est un nouveau film qui a bien marché. Alors pourquoi ne pas le montrer aux professionnels du cinéma qui sont venus au festival ? Cela va donner une image du cinéma béninois et c’est le message qu’on voudrait faire passer. C’est pour cela qu’il a était très pertinent pour nous  de trouver un film de cette envergure pour faire représenter le cinéma béninois au Maroc.

 

Chanceline MEVOWANOU 

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Politiques nationales du cinéma en Afrique : Un défi pour un marché mondial durable

Next Article

FITHEB 2018 : « 25 décembre » : le revers et l’envers en scène.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *