Mois de la Culture béninoise à Lomé : Retour sur le concert de l’intégration

Author: Pas de commentaire Share:

 

Le concert de l’intégration organisé pour clôturer le festival « Le Mois de la Culture Béninoise à Lomé » initié par l’Agence Panafricaine d’Ingénierie Culturelle (APIC) et l’Agence Dekart s’est déroulé ce vendredi 27 octobre 2018 à l’Institut Français de Lomé. Sur une même scène, les artistes béninois Richard Flash, Kalamoulaï et une artiste togolaise Sitara Klody ont évolué. Pour le public, ce concert offre l’occasion de renforcer les liens entre le Togo et le Bénin.

Il sonnait 20h et quelques minutes. L’atmosphère qui régnait à l’Institut Français de Lomé laissait entrevoir un concert réussi à l’horizon. La scène est bien aménagée et installée. Les instruments déjà en place, les lumières déjà en marche. Une musique en fond sonore passait comme pour souhaiter la bienvenue au public. Les techniciens se dépêchent, les organisateurs se faufilent tantôt par ci, tantôt par là. Les chaises alignées sur esplanade de l’Institut Français de Lomé qui a abrité le concert progressivement ont commencé par trouver d’hôtes. Les spectateurs s’installent au fur et à mesure que les minutes s’égrènent. Tout le monde attendait un coup d’envoi. Aux alentours de 21h moins, les animateurs tels des messagers montent sur scène. Les deux pays ont été présentés avec un accent particulier sur leurs richesses culturelles. La jeune artiste Togolaise Sitara Klody a été la première a foulé le tapis de la scène. Accompagnée par deux musiciens, elle a déroulé un répertoire alléchant. Des morceaux sur la femme, l’espoir, l’argent chantés en langues du Togo. Cette différence linguistique a semblé ne pas poser de problème puisque le public a repris les chansons en chœur avec l’artiste. A sa suite, le griot du Nord-Bénin Kalamoulaï est apparu. Son entrée sur scène a suscité des cris de joies et d’applaudissements nourris dans le public. La finesse dans ses sonorités, la subtilité avec laquelle il manie la langue bariba et sa voix de rossignol ont tenu le public en haleine. L’identité culturelle qu’a véhiculée son accoutrement typique du nord a émerveillé le public. L’entrée sur scène de l’artiste Richard Flash a été spectaculaire. Le public s’est même levé. Il a démarré sa prestation avec du Zouk, avant de virer vers d’autres styles. Sa cohésion avec le public au cours de ce concert était forte. L’artiste a chanté, a dansé avec le public, il a communiqué la bonne humeur, transmis la bonne ambiance. Togolais et Béninois ont évolué grâce à ce concert dans une certaine synergie.

L’intégration bénino-togolaise renforcée par la musique !

Les spectateurs venus à ce concert d’intégration ont quitté l’Institut Français de Lomé avec de bonnes impressions. Le show bénino-togolais qui a résonné ce soir-là n’a laissé personne indifférent. « Pour moi l’intégration, elle est réussie. C’était excellent » a confié Jean-Pierre de Lausanne, un spectateur qui a d’ailleurs beaucoup dansé sur scène avec l’artiste Richard Flash. « C’était extraordinaire, le public à un moment donné était là, vivant et émouvant » dixit Ajo’a Sika. Tout a été mis en place par l’équipe d’organisation pour honorer l’amitié entre le Bénin et le Togo, et favoriser le dialogue interculturel, et resserrer les liens entre les deux pays. Animateurs Bénin-Togo, public Bénin-Togo, Invités Bénin-Togo, Artistes Bénin-Togo. Une combinaison symbolique qui selon l’artiste béninois Richard Flash est la marque de l’intégration qui a toujours existé entre le Bénin et le Togo. Les différences entre Togolais et béninois étaient inexistantes. La preuve est le comportement du public quand l’animatrice togolaise de la soirée a demandé aux Togolais venus au concert de lever les mains. Togolais et Béninois en réponse ont tous levé les mains. « C’est le symbole même de l’intégration » a-t-elle évoqué. Pour clôturer la scène, les artistes Richard Flash, Kalamoulaï et Sitara Klody ont ensemble rendu hommage à un artiste de leur pays respectif à travers un morceau chacun.

Chanceline MEVOWANOU

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Segou’Art 2019 : Quatre artistes béninois participent au salon d’art contemporain au Mali

Next Article

10è édition des Récréâtrales : le Bénin y est.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *