MAIDA : C’est parti pour la 4ème édition

Author: Pas de commentaire Share:

La quatrième édition de la Rencontre de la Marche Internationale vers la Danse (MAIDA) se tient à Cotonou depuis le 20 août dernier. Mais la cérémonie de son lancement officiel a eu lieu dans la nuit du jeudi 28 août avec une soirée spectacle à la salle bleue de FITHEB.

C’est par une soirée spectacle que la quatrième édition de la Rencontre de la Marche Internationale vers la Dance a été lancée officiellement alors que des activités entrant dans le cadre de cette édition ont commencé une semaine plus tôt. En effet depuis le 20 août dernier, se tiennent des ateliers de formation en danse au profit de plusieurs danseurs béninois sous la direction de professionnels invité par Richard Adossou, promoteur de l’événement.

A ce titre, cette cérémonie de lancement a été l’occasion de la restitution de l’un des ateliers de renforcement de capacité de jeunes chorégraphes que conduit le Burkinabé Salia Sanou. Sur scène, une vingtaine de danseurs pour une chorégraphie enthousiaste sur les notes d’instruments de percussion multiples. A leur suite, ce fut à la chorégraphe Ange Aoussou de développer sous le regard interrogateur et intrigué du public les tableaux de sa pièce Anna ma belle.

Dans un masque versatile, entre joie, sensualité, gravité, colère, rage, l’ivoirienne a conduit son corps dans les recoins de ses souvenirs pour rendre hommage à sa mère. Car en réalité, ce spectacle est un hommage que la chorégraphe rend à sa mère qui disparut alors qu’elle était à ses moments de danse. Mais au-delà, « c’est à toutes les femmes que cette représentation est dédiée pour leurs combats à la parole, leurs sacrifices, leur courage ».

En dernière partition, c’est à la troupe béninoise Amikpé de rythmer la salle bleue du FITHEB avec son Akonhoun d’Abomey. Torses nus, le pagne noué ample et bouffant aux hanches, les mains soit à la poitrine soit aux castagnettes et gongs, les hommes à Duzard Fandohan ont donné de la voix et de la danse pendant une quarantaine de minutes sous l’accompagnement ravi des spectateurs.

Outre cette soirée, les spectacles de cette édition du MAIDA continuent au siège du FITHEB ces 29 et 30 août. Au programme, entre autres, Wesley Ruzibiza du Rxanda, Raouf Tchakondo du Togo et de la France, Rachel Agbossou, les Troupes Tonassé, Les Supers Anges du Bénin. Par ailleurs, en dehors du grand atelier de Salia Sanou en outillage chorégraphique, d’autres ateliers se déroulent, animés notamment par Wesley Ruzibiza et Ayaovi Kokoussè. Organisée par l’Association Rich’Culture, la Rencontre de la Marche Internationale vers la Dance (MAIDA) est un creuset de brassage des cultures par le langage du corps comme moyen d’expression.

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

« Ne te résigne pas » : Des danseurs outillés pour une meilleure réponse à la sexualité juvénile

Next Article

She’s on fire 2 : le Winner Dance Crew au pinacle

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *