Littérature : « Saveurs Maternelles, un roman qui rend hommage à toutes les mamans du monde »

Author: Pas de commentaire Share:

​« Saveurs maternelles », le premier roman du banquier Viviano Edoh publié aux Editions Savanes a été officiellement présenté au public le samedi 28 octobre 2017 au Chant d’oiseau de Cotonou.

« Saveurs Maternelles, c’est l’histoire d’une jeune orpheline qui a subi de nombreux tumultes de la vie. D’abord, elle a perdu sa mère le jour même de sa naissance, et sa grande mère qui lui vouait l’amour, l’assurance et la protection que lui devait sa mère va aussi mourir tôt. Elle va continuer en dépit des difficultés qui s’imposent sur son chemin et sera kidnappée et violée par six individus et s’en est sorti avec une grossesse. Contre toutes attentes, elle va garder le bébé et va lutter contre vents et marrées pour offrir un avenir meilleur à sa fille ».  C’est ainsi que se présente la substance du roman Saveurs Maternelles de Viviano Edoh  selon la présentation faite par Thanguy Agoï ce samedi 28 octobre 2017 au cours de la cérémonie officielle de lancement de l’ouvrage.

Toujours en présentant ce livre, Thanguy Agoï attire l’attention des uns et des autres sur la maquette du roman qui véhicule selon lui un message. « La couverture montre l’image d’une mère tenant dans ses bras protecteurs sa fille qui dort. La petite fille rassurée affiche un visage souriant symbole de la protection maternelle.  Le titre Saveurs maternelles est en rouge, le rouge de l’amour, de sentiments maternels » explique-t-il.

Il va plus loin et notifie que plusieurs thèmes en dehors du thème principal qu’est l’amour maternel ont été abordés dans le roman. Il s’agit du quotidien de l’Homme balloté par les évènements aussi heureux que malheureux, le destin et ses facettes puis l’éducation à l’africaine. En ce qui concerne les beautés littéraires du roman, Thanguy Agoï souligne que ce livre renferme une narration linéaire, alambiquée qui se heurte parfois au principe même de la littérature avec des flashbacks et autres.  Il établit la liaison avec le style de Félix Couchoro mais précise que le style de l’auteur n’est pas si poussé et professionnel.

« Publier ce roman a été pour moi une libération »

Pour Viviano Edoh, le roman Saveurs maternelles retrace l’histoire de sa vie. L’auteur comme le personnage du livre a très tôt perdu sa mère. « Publier ce roman a été pour moi une libération, et si je l’avais pas fait, j’aurais vécu inutilement car l’histoire retrace presque mon histoire et les personnages du livre sont tous des personnages de mon entourage, de mon environnement. L’amour maternel est inconditionnel et c’est cet amour que célèbre le roman », confie-t-il. Le roman a eu le mérite d’être lu par plusieurs lecteurs qui en réclament déjà le tome 02, nous dit Rodrigue Atchahoue, éditeur des Editions Savanes. La cérémonie a pris fin par la séance de dédicace.

Chanceline MEVOWANOU (Collaboration) ©www.benincultures.com

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Photographie : « Le photographe en temps de troubles est l’œil de la population »

Next Article

Burkina Faso : 14 personnes outillées en administration de structures culturelles dans l’espace public

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *