Littérature : Eve Natacha Fanou consacrée « Plumes Dorées 2015 »

Author: Pas de commentaire Share:

La 8e édition du concours national d’écriture « Plumes Dorées 2015 »  a consacré Eve Natacha Fanou. La cérémonie officielle de délibération et de remise de prix a dévoilé son nom au grand public ce samedi 22 août au siège du Festival International de Théâtre du Bénin (FITHEB) à Cotonou.

C’est avec la nouvelle « La tranchée » qu’Eve Natacha Fanou a convaincu le jury de cette huitième édition du concours national d’écriture Plumes Dorées. Au termes des appréciations du jury composé de Habib Dakpogan, écrivain, Roger Koudoadinou, enseignant au Département des Lettres Modernes de l’Université d’Abomey-Calavi et Hurcyle Gnonhoué, nouvelliste, dramaturge, Eve Natacha Fanou remporte ce prestigieux prix national devant neuf de ses amis avec lesquels elle a fait tout le processus Plumes Dorées depuis le premier trimestre de cette année.

« Je suis fière mais beaucoup plus surprise du verdict. J’avoue que mes camarades me le disaient, surtout Michel Henri Hlihè », s’est-elle émue à la délibération du président du jury Habib Dakpogan. Tout en remerciant Les Editions Plurielles, elle a par ailleurs tenu a dire sa gratitude à toutes les personnes qui ont concouru avec elle mais qui n’ont pas eu la chance de cette consécration. « Je demande aux autres candidats de ne pas se décourager mais plutôt de persévérer, de continuer à écrire car en persévérant on obtient toujours un bon résultat », a-t-elle exhorté.

Une victoire au féminin

Eve Natacha Fanou ne remporte pas seulement le Prix « Plumes Dorées 2015 » . Elle a surtout ouvert le compteur des femmes au  sacre de ce concours car les sept dernières éditions ont toujours été remportées par des hommes. Ainsi, le recueil collectif de cette édition consacrée à la nouvelle portera, pour une première fois, le nom d’une femme.

Si l’anonymat qui entoure le nom du lauréat jusqu’à l’instant de la délibération n’a pas permis au préfacier Habib Dakpogan de faire un propos particulier sur cet aspect, il n’a pas manqué de réaffirmer sa conviction dans la dynamique de renouvellement des auteurs de la littérature béninoise. Son espoir repose notamment sur cette nouvelle jeune classe d’auteurs qui se s’y engage. Cette nouvelle classe que l’auteur de PV salle 6 convie à un travail de création d’une écriture viable quand il l’annonce en ces termes : « je veux crier que le présent et le futur de la plume béninoise sont déjà là ».

Au cours de la cérémonie, le directeur des Editions plurielles, Koffi Attédé, au nom de son équipe, a félicité les finalistes et dit son remerciement à tous les partenaires  financiers et techniques qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour les accompagner. Une aide qu’a reconnu le Directeur par intérim du FITHEB, Ousmane Alédji, quand il a relevé en entame de cérémonie que « huit éditions, ce n’est pas rien en matière de plume… », lorsque l’on considère le climat de mise en œuvre des projets culturels et artistiques au Bénin.

A rappelé que le recueil intitulé La tranchée regroupe les nouvelles des neuf autre finalistes que sont : Yves Biaou avec « Le diable et son train » ; Annette Bonou, « Une croix ; sur l’écorce rouge de la terre » ; Mylène Flicka« Le prix d’un homme » ; Mireille Gandebagni, « Le recueil » ; Michel Henri Hlihe, « Une descente aux enfants » ; Fiacre Kakpo, « Les ailes de Dédale » ; Jordy Hounhoui, « Plume en confession » ; Jovencio Kpehounsi, « Jimmy-Salan » et Djamile Mama Gao avec « La nuit est tombée sur la nuque ».

Le concours national d’écriture Plumes Dorées est annuellement organisé depuis 2008 par Les Editions Plurielles. Il est ouvert aux jeunes auteurs de dix-huit à trente cinq et alterne les genres théâtre, nouvelle et roman. Le cap est mis désormais sur l’édition prochaine qui se tiendra justement autour du roman.

Par Nina Tossou (Collaboration) ©www.benincultures.com

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

« Un crime d’honneur » : La lecture scénique d’un texte pourfendeur

Next Article

Ateliers africains du design : Valoriser le potentiel créatif des tisserands d’Abomey

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *