Littérature : Donatien Gbaguidi enquête sur les artistes béninois décédés en 2013

Author: Pas de commentaire Share:
Le présidium au lancement du livre avec Donatien GBAGUIDI en blanc ©DR
Le présidium au lancement du livre avec Donatien GBAGUIDI en blanc ©DR

« Rendre hommage aux artistes disparus au cours de l’année 2013 et faire la lumière sur les conditions dans lesquelles sont morts ces artistes». Tels sont entres autres  les objectifs visés par le journaliste culturel béninois Donatien Gbaguidi en publiant aux Editions Prodiges Presse,  « Culture en deuil : La vérité sur les artistes béninois décédés en 2013 ». Le lancement officiel de ce livre a eu lieu le samedi 16 janvier 2016 devant un parterre de personnalité du monde culturel Béninois.

« Voir l’artiste Riss Cool, mon frère et ami,  mourir devant moi sans pouvoir rien y faire est la première chose qui m’a poussé à sortir ce livre. En le faisant, je lui rends hommage mais aussi aux six autres artistes béninois dont je parle dans le livre ». C’est avec émotion que Donatien Gbaguidi a expliqué aux nombreuses personnes venues assister au lancement de son premier livre, les raisons de son engagement.

Paru aux éditions Prodige Presse, et préfacé par le directeur du Festival International de Théâtre du Bénin (FITHEB), Erick-Hector Hounkpè, « Culture en deuil : la vérité sur les artistes béninois décédés en 2013 » est un essai de 150 pages illustré qui revient sur la série de décès enregistrée en 2013 dans le rang des artistes chanteurs et compositeurs béninois. Il est composé aussi bien des interviews, des investigations, des hommages.

Selon la journaliste-écrivaine  Carmen Toudonou, présentatrice de l’ouvrage, « Culture en deuil : La vérité sur les artistes béninois décédés en 2013 » présente des points dissemblants et concordants sur ces décès, tout en suivant un choix chronologique allant du premier artiste de l’ouvrage, Serge Martin Adilèhou connu sous le pseudonyme d’Alokê,  au dernier, Djibril Sagbohan, fils du célèbre artiste béninois Sagbohan Danialou communément appelé « l’homme orchestre ».

Classé en deux catégories avec d’un côté les septuagénaires ou octogénaires et de l’autre les plus jeunes, le livre présente divers facteurs pour expliquer la mort des artistes. D’une part le manque de moyens financiers personnels et le manque d’appui de l’Etat béninois, comme ce fut le cas d’Alokê ; ou le manque de soutien moral comme pour l’artiste Zouley Sangaré.

C’est bien ce qui emmène le préfacier du livre Eric Hector Hounkpè a exhorté les artistes à une prise en charge sérieuse de leur santé afin qu’ils ne sombrent pas dans les vices qui tournent autour de la célébrité tels que la drogue et l’alcool. « Je demande aux artistes de prendre des mesures sanitaires pour ne pas mourir aussi banalement et si inutilement » a-t-il dit.

La cérémonie de lancement a pris fin sur une vente américaine qui a permis au cinéaste Serge Yéou  alias Monsieur le Président de partir avec le premier exemplaire du livre pour la somme de 550.000 FCFA.

©www.benincultures.com

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Compte rendu de lecture sur « Le dernier mot des dieux suivi de Tu es trop belle pour mourir » de Robert Asdé

Next Article

Formation artistique et culturelle au Bénin : Tout reste à (re)faire

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *