Le groupe Ayodélé à l’Institut Français de Cotonou : un concert live réussi !

Author: Pas de commentaire Share:

Le duo de musique Ayodélé était en concert live ce vendredi 16 février 2018 à l’Institut Français de Cotonou. Devant un parterre de personnes venues pour participer à cette messe musicale, le groupe et son orchestre ont déroulé un répertoire alléchant. C’était sous la paillote de l’Institut français de Cotonou.

Le public béninois a la réputation d’être exigeant. Cela impose souvent aux artistes et promoteurs de spectacles de respecter les normes professionnelles pour une bonne réussite de leur initiative. C’est ce que nous avions vu ce vendredi 16 février 2018 à l’Institut français où toutes les dispositions ont été prises pour satisfaire le public. C’est d’abord les organisateurs qui ont tenu le pari. Il est 20 heures et sous la paillote de l’Institut Français de Cotonou, les places sont déjà occupées. Les responsables de la logistique allaient dans tous les sens. C’était le moment des derniers réglages. L’équipe doit se distinguer de l’amateurisme et prouver un certain professionnalisme. Rien ne doit échapper au contrôle. Pour un premier concert, tout doit être parfait. C’est ce que traduisaient l’habileté et le dynamisme dont faisait montre cette équipe. 20 heures 30 minutes. Paillote remplie de monde, caméras branchées, projecteurs pointés, les visages luisaient d’impatience. Pour ceux qui ont déjà vu le groupe en live, c’est le moment de renouer le contact, et pour ceux qui n’ont pas encore eu cette chance ; c’est le moment solennel de découvrir le duo Ayodélé dont tout le monde parle et son orchestre. Lumière éteinte, obscurité, silence plateau, puis l’instant magique. Le duo Ayodélé monte sur scène sous les feux de la rampe. Le concert commence bien et à l’heure. Sans mots dires, un premier morceau a été exécuté. « Je vous aime. Et c’est ma façon à moi de vous dire bonsoir et bienvenus » lâche Gloria Lawson à la fin de l’exécution du premier morceau.

Après cette introduction, l’orchestre a rejoint le duo pour le bonheur d’un public déjà surexcité. Du côté des organisateurs, le contrat a été respecté avec le public. Le duo Ayodélé n’a pas manqué aussi de remplir sa part du contrat pour un concert réussi. C’est d’abord le vestimentaire convertible de Gloria Lawson qui enchante. Au début, habillée d’un boubou à capuche en pagne à l’image des prêtresses de la Grèce Antique, boubou qu’elle va enlever plus tard sous les cris d’admiration du public pour revenir sous forme « pop girl » avec un pantalon et un habit sans manche minutieusement cousus. Ceci lui donnait la facilité de mouvement de corps. Les gestes de scène et les pas de danse étaient plus faciles. Sa présence sur scène et l’énergie qu’elle débordait n’a laissé personne indifférente. Il suffit de voir la joie avec laquelle Rachelle Agbossou, danseuse professionnelle est montée sur la scène pour soutenir les qualités de danseuse avertie dont faisait preuve la chanteuse Gloria Lawson. L’arrivée sur scène de l’artiste chanteuse Sessimè, Venue soutenir le groupe, a été un moment important pour le plaisir du public. Elle a exécuté en live avec Gloria Lawson son titre « My praise ». Une prestation qui a séduit par l’harmonie issue de la fusion de ces deux voix. Un public qui demande davantage des passages est un public satisfait, dit-on. L’admiration, les applaudissements et autres preuves de satisfaction suffisaient pour lire la joie de ces mélomanes.

Le public a même exigé un morceau bonus en plus de la playlist déroulée. C’était l’un des concerts les plus attendus de la saison. Après la performance réalisée par ce duo, finaliste du concours radiophonique RFI TALENTS en 2017, les mélomanes ne rêvaient que de voir le duo en concert. Gloria Lawson, percussionniste, chanteuse et Edison Konfo, guitariste arrangeur l’ont fait ce jour avec la complicité professionnelle de l’Institut français de Cotonou.

Par Chanceline Mevowanou

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Cérémonie de présentation du Plan de relance du secteur culturel : La Culture fait son entrée dans le PAG.

Next Article

Séminaire ODD-PAG : les acteurs culturels informés et formés

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *