Lancement du Programme SEMIS : Pour que germent les germes artistiques et culturels

Author: Pas de commentaire Share:

L’association Germes De Pensées a lancé officiellement son programme SEMIS destiné à renforcer les capacités des jeunes dans les métiers des arts vivants plus précisément le théâtre. La cérémonie qui a eu pour cadre l’Institut français de Parakou a été l’occasion pour les 15 jeunes participants au programme de restituer les fruits de l’atelier qu’ils ont suivi dix jours durant.

Avant la restitution, le lancement. La cérémonie à laquelle ont été conviés autorités locales, acteurs culturels, journalistes et partenaires ce samedi 10 juin 2017 à l’institut français de Parakou, a connu deux grandes parties. La première, constituée essentiellement d’allocutions, a permis de lancer officiellement le programme SEMIS.

De la coordonnatrice du Programme au représentant du Ministre de la Culture, en passant par le Préfet du Borgou, le représentant des participants ou du maire de Parakou, tous ont mis l’accent sur la justesse du programme et son impact certain sur la structuration du secteur des arts et de la culture au Bénin.

En effet, pour Mariame Darra Traoré, comédienne et coordonnatrice du Programme, SEMIS  « entre dans le cadre de l’atteinte des  objectifs de la loi n° 91-006 du 25 Février 1991 portant Charte culturelle en République du Bénin, qui vise notamment à « enrichir et élever le niveau de la création et de la production artistique et culturel », tout en « réalisant l’intégration culturelle nationale pour la promotion des échanges culturels interrégionaux ».

De façon concrète, le programme se concentre sur trois corps du métier (Acteurs, Auteurs et Metteurs en scène) et propose une formation intensive à la chaine, en résidence avec une mise en situation et un suivi régulier des formés. Au total, sur la période 2017-2018, trois ateliers seront organisés au profit de ces corps de métiers, deux créations faites et une tournée réalisée.

Les Aveux du Corps sur scène

Pour le Préfet du Borgou, Moussa Djibril Maman Cisse, le représentant du maire de Parakou, Marcel Orou Fico et le représentant du ministre de la culture, Rigobert Bouté, le programme SEMIS offre une double solution à la mise en place d’un secteur culturel et artistique viable et contribue à l’épanouissement des acteurs.

Ainsi, « nous avons toujours chanté et proclamé qu’une formation bien élaborée et conduite par des professionnels est un élément essentiel pour le secteur. La formation sur le tas ne suffit plus à elle seule pour rendre professionnel le secteur des arts et culture », confie Marcel Orou Fico, conseiller technique au Tourisme et à la Culture du maire de Parakou.

Dans sa deuxième partie, cette cérémonie a connu la restitution de la 1ère activité du programme, l’atelier « Les Aveux du Corps ». Démarré le 29 Mai à Parakou, l’atelier a permis la formation de 15 comédiens aux techniques du théâtre organique, de voix et de jeu d’acteur. Sous la direction de Carole Lokossou, Mechac Adjaho, Nathalie Hounvo-Yêkpê, et Mariame Darra Traoré les participants ont été soumis à des exercices de technique vocale, d’expression corporelle, d’imagination, de créativité ainsi que l’expression de leur regard avec à la clé, une bonne gestion de l’espace scénique.

Selon le public , il ressort de cette restitution que les spectateurs ont découvert quelque chose de nouveau qui prend source de leur étonnement de voir sur scène des acteurs raconter une histoire rien qu’avec leur corps et sans parole. « Mais c’est quel théâtre ça …et ils ont les yeux fermés et il se comprennent » laisse entendre une dame après une bonne dose de rire dans l’une des phases de la performance. Sans donner la moindre explication au public, les formateurs ont atteint leur objectif qui est entre autre d’amener les acteurs à utiliser leur corps autrement sur la scène, pour en faire un véritable instrument dramatique.

A la faveur de la cérémonie , les participants dans leur allocution portée par leur représentante Cybelline de Souza n’ont pas manqué, de remercier les organisateurs pour la justesse de l’initiative, la pertinence des cours et l’efficacité des encadreurs. « Soyez en rassurés, les germes que vous semez aujourd’hui germeront bientôt », prophétisera-t-elle.

Soutenu entre autres par la Direction du Développement de la Coopération Suisse au Bénin et le Ministère du Tourisme et de la Culture, le Programme SEMIS se poursuit par une création théâtrale avec les participants au projet. « Ce sera une pièce théâtrale choisie pour les possibilités qu’elle offre non seulement de faire travailler les acteurs, mais aussi d’être accessible à nos populations », a confié Mariame Darra.

 

Eustache AGBOTON, de retour de Parakou, ©www.benincultures.com

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Littérature : Ouvrons les pages de « La plume d’ocre » d’Armel Kouyami

Next Article

Gestion de la culture sous la rupture : les acteurs culturels de Porto-Novo apprécient

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *