JTC 2018 : Bardol Migan et Nicolas Houénou de Dravo représentent le Bénin

Author: Pas de commentaire Share:

La 20è édition des Journées Théâtrales de Carthage (JTC 2018) a démarré depuis le 08 décembre et se poursuivra jusqu’au 16 décembre 2018. Cette édition s’aperçoit comme une édition anniversaire marquée par les 35 ans d’existence. La programmation concoctée pour cette édition s’ouvre sur les 04 continents, des colloques, des rencontres professionnelles, des débats et des spectacles.

Le Bénin est présent à ce rendez-vous international de théâtre avec les comédiens Bardol Migan et Nicolas Houénou de Dravo. Ils y sont avec le spectacle Zokwezo, une écriture de Julien Mabiala Bissila dans laquelle sont distribués les comédiens Nicolas de Dravo Houénou et Bardol Migan, deux comédiens de la compagnie béninoise Les Diseurs de vérité. La mise en scène est assurée par Andrea Novicov. Rendez-vous à 17h à la maison de Culture IBN Rachik ce 10 décembre 2018 pour voir les deux destins qui se croisent : Une femme. Un homme. Elle est blanche. Il est noir. Malgré les temps qui changent, tout semble impossible entre eux. Histoire de deux solitudes qui se rencontrent. Zokwezo s’inscrit dans le contexte d’un régime totalitaire imaginaire. Delphine est une femme au foyer délaissée par un mari volage. Mère de quatre enfants, aujourd’hui adultes, elle se retrouve seule face à elle-même. Boulass, lui, n’a pas de famille, homosexuel et hacker, activiste dissident, il est obligé de changer constamment de domicile pour fuir les forces de l’ordre. Leur rencontre n’aurait jamais eu lieu sans l’absence de leurs concitoyens, tous partis assister aux festivités pour l’anniversaire de l’indépendance de la Nation. Tout le monde est à la parade, sauf Delphine et Boulass. Elle n’a pas le cœur à la fête. Lui non plus. Une rencontre fortuite qui va tout bouleverser. Après ce rendez-vous du 10 décembre, ils seront le 12 au Centre des Arts dramatiques de Tataouine et le 14 au Centre des Arts de Meddnine.

Paterne TCHAOU

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Tenue de la 9e édition du festival Teni-Tedji : « Un acte de résistance » selon Koffi Attede, Directeur des Arts et du Livre

Next Article

Concours pour révéler le patrimoine touristique de l’esclavage : vers une éducation culturelle liée à l’esclavage

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *