Festival Zâ 2017 : Cinq jours pour découvrir la diversité de la gastronomie béninoise

Author: Pas de commentaire Share:

La cérémonie de lancement officiel de l’édition 2017 du festival Zâ s’est déroulée ce mercredi 22 novembre 2017 à Cotonou. Sur l’esplanade du stade de l’amitié Général Mathieu Kérékou, devant les hommes de cultures et des médias, les organisateurs ont donné le top des différentes activités qui vont meubler ce festival.

Découvrir, déguster et savourer toutes les variétés de la gastronomie béninoise en vue de participer à l’éclosion de la consommation locale et du tourisme. Tout ceci dans une ambiance festive et culturelle. C’est ce que propose le festival Zâ au public béninois durant les Cinq (05) prochains jours.

Au cours de la cérémonie d’ouverture de ce festival, Gloria Koessi Govor, présidente de l’association « Africa Saveurs Exquises », organisatrice et promotrice de l’événement a énuméré et expliqué les objectifs spécifiques que poursuit l’initiative. « Le Festival  Zâ s’inscrit dans le cadre de la revalorisation des mets du Bénin qui sont en train d’être laissés aux oubliettes. Il est donc urgent de sauvegarder et de révéler l’art culinaire du Bénin pour permettre aux générations futures d’être proches de leur culture dans le but est de contribuer à l’éclosion d’un marché de consommation (au plan national, communautaire voire planétaire) des aliments provenant de la propre créativité et production béninoises. Le festival Zâ se propose de faire la promotion de ces patrimoines culturels immatériels du Bénin que sont les arts culinaires » clarifie-t-elle.

Pour le représentant du ministre du tourisme, de la culture et des sports, Félicien Hounkanrin, « toutes les forces doivent se mettre ensemble pour promouvoir les valeurs culturelles, artistiques dont les arts culinaires afin  de révéler les potentialités du pays ».

Après les différentes allocutions, le festival a été officiellement lancé avec la visite des stands. « Agoun, Ablâ, Viande de porc, Zomi, le miel du nord, le Télibô, le gari, de la tomate fraîche, du manioc cru, le vin au souchet appelé communément Fio » sont entre autres les mets exposés. « Au Festival Zâ, nous mangeons local » était le leitmotiv des animateurs de stands.

Chanceline MEVOWANOU (Collaboration) ©www.benincultures.com

 

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Interview : Lionel Babalolla « optimiste » sur l’avenir du cirque au Bénin

Next Article

Théâtre : « Sossoumassédé », entre révolte et exhortation

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *