Escalades de Myrtille Akofa Haho : de la poésie pour guérir le cœur et l’âme !

Author: Pas de commentaire Share:

Escalades est le tout premier recueil de poèmes de  Myrtille Akofa Haho. L’ouvrage vient de paraître aux éditons Savane. Avant ce livre, l’auteure était déjà entrée dans la grande famille des auteurs béninois notamment à travers deux nouvelles parues dans des ouvrages collectifs. Il s’agit de Fou d’amour, fou sans Kéfia, in J’ai péché de Seth Athémy et Odyssée accomplie in Mandela, la grande rencontre.

Escalades est un recueil de trente-cinq poèmes plus ou moins longs… Les poèmes sont titrés par des prénoms béninois et dans le fond, certains textes  se rapprochent de part leur contenu de la signification des prénoms en question.

Escalades est une porte qui parfois entrouverte, parfois largement ouverte plonge le lecteur dans l’intime intimité de la poétesse.

Pour parler plus simplement, la poétesse est la maison, Escalades est la fenêtre et le lecteur est l’intrus bienvenu !

En effet, dans  Escalades, la poétesse à la plume déjà assurée  se parle, se raconte,  s’ouvre et s’offre. Elle y parle notamment de ses journées, de ses nuits, bref son quotidien de femme, de poétesse. Une vie qui n’est pas toujours aussi rose que la couverture du livre…

Les textes qui composent ce livre  sont marqués du sceau de la souffrance,  du désespoir, de  la tristesse,  de la solitude,  de la soif de l’autre. Il y a un désir d’extérioriser sans gène ces sentiments. Comme Valérie Trierweiller dans Merci pour ce moment, Myrtille Akofa Haho  pourrait affirmer : «  Ecrire est devenu vital ».

On la lit en silence comme une méditation et on se laisse transporter par le lyrisme poignant.

Bien présent aussi dans ce recueil, le thème de l’amour !

L’amour donné sans calcul « Pourquoi ne pas t’aimer si même au-delà tu demeures joaillerie/Ma descente en enfer je la commence en t’aimant ».

L’amour recherché en permanence :« Je me fais l’amour pour que tu pêches à m’aimer toujours ».

Mais un amour bien souvent déçu : « Tu éteins mon sourire-soleil par ton souffle-bourreau Mes lèvres vrillent de tremblote à tes yeux retors ».

Couvert
Couverture de l’ouvrage de Myrtille Akofa Haho

Myrtille Akofa Haho chante aussi la nature, l’environnement dans lequel elle  vit et écrit. Il est question de Bohicon sa ville de résidence, perpétuelle source d’inspiration.

Elle chante le ruisseau où « coule vent et parfums de joie » en fille de la nature, elle réclame la brousse « Mère ma brousse es-tu là ? Que fais-tu si loin ? Mon odeur te manque-t-elle ? Crois-tu que je suis belle sans toi ? »

J’ai adoré ce moment de lecture où je me suis senti un lecteur privilégié invité à partager avec la poétesse ses peurs, ses inquiétudes, ses élans d’amours mais aussi ses émerveillements devant dame Nature ! A certains moments, j’ai frissonné croyant m’identifier à l’auteure.

Escalades est  une musique de l’âme,  un cri du cœur : « Où récolterai-je blanc-sourire pour récurer ce noir au cœur ?».

La poésie est pure et limpide et les vers jaillissent les uns sur les autres  en cascades harmonieuses. Et les poèmes qui peuvent paraitre plus ou moins longs  se laissent lire aisément. Mais il faut prendre son temps pour bien savourer et surtout méditer ces textes…

Escalades est marqué par la souffrance et la tristesse mais en filigrane, on lit bien l’espérance.  L’écriture se fait espérance, volonté de survivre !

Entre prose et versification, les textes se suivent et se complètent comme les marches d’un escalier. Il faut alors  lire Escalades du début à la fin et inversement.

Alors Escalades…

Mais  vers quels sommets ? La poésie de Myrtille  Akofa Haho étant  douce, berçante, consolante, fortifiante, il vous revient de  décider !

Morceau choisi :

Nuit-bonheur

Nuit-tristesse

Vaillante Courtisane à l’âme libre

Tu ne diras pas que ces étoiles n’ont pas lui dans mes yeux pour toi.

Sésame-nuit de mes peurs

Ces vagues heurtent tes paupières mais plus pour moi.

Nuit-peau

Nuit-ébène

Imploration-traîtresse d’ennuis

Rends-moi ta lune pour briller de mon bien-aimé.

 

Par Eurydoce Désiré Godonou
Spécialiste de l’Information documentaire, Eurydoce Désiré Godonou est documentaliste au Centre de Formation et d’Animation du CAEB / Natitingou. Il  est avant tout un amoureux du livre et de la lecture. Sur son blog Eclats de lire (www.desyray.wordpress.com ), il publie ses notes de lecture, ses réflexions sur le livre et la lecture en Afrique et aussi des poèmes

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Facto 2016 : le comité d’organisation dévoile la programmation officielle

Next Article

L’Espace culturel Tchif rouvre bientôt ses portes à Cotonou

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *