Dix Manches En Slam 04 : la soirée des Cartons verts !

Author: Pas de commentaire Share:

Slamwood en collaboration avec le Centre culturel Artisttik Africa a organisé le dimanche 29 octobre 2017 l’épisode 04  des scènes libres de slam «  Dix Manches En Slam». Plusieurs slameurs ont répondu présent à cette soirée au cours laquelle la performance était hissée au haut niveau.

Aucun carton rouge levé contrairement aux autres scènes Dix Manches En Slam. C’est la performance réalisée par les slameurs ce dimanche 29 octobre 2017 à Artisttik Africa. Les membres du jury, subjugués par la beauté et la portée des textes n’ont pu s’abstenir d’exprimer leur ressenti à la fin de cette soirée. « Les slameurs qui  ont presté ici ce soir sont tous des passionnés. Nous n’avons pas décerné de Cartons rouge parce qu’il n’était pas lieu de donner de carton rouge. Ils étaient tous performants. Nous avons passé un meilleur moment en compagnie des mots. C’était super » confie Arielle Kinsou, membre du jury ce dimanche 29 octobre 2017. A l’instar des membres du jury, le public aussi, séduit de la qualité des textes slamés a développé une écoute attentive et active. C’est un public calme et attentionné qui a suivi les différentes déclamations qui ont ravivé  la scène. Sous la paillote d’Artisttik Africa, à chaque nouvelle déclamation, les spectateurs tels des fidèles écoutent avec intérêt le pasteur qui n’est rien d’autre ici que le slameur. A la fin, un « standing ovation » raccompagne le slameur.

Découverte

Les textes déclamés abordaient différentes thématiques. L’amour, le handicap, la motivation, la ville de Cotonou… « Si la vie était de la musique, je dirai surtout qu’elle a de fausses notes ; J’entends souvent ma muse dire que le bonheur ne vaut que quelques mots d’homme ; On a toujours le choix même celui d’être lâche ; La vie c’est le respect des règles, savoir en tout temps rester sur les rails, mais aussi un peu de folie c’est clair si non le train peut passer sur tes entrailles » slame Junior Vinou. Comme lui, d’autres slameurs vont claquer les mots mais cette fois pour magnifier la ville de Cotonou. « Belle étoile rouge, la place du souvenir ; La zone présidentielle, le palais des congrès ; Si tu viens d’ailleurs bienvenu sur notre planète ; Cotonou aux soirs illuminés par des lampadaires solaires, même si côté économique je ne te cache pas ça ne va pas fort, Tu y trouveras tout frais pour ton total confort ; Tu risques de ne pas le regretter ; Kwabo te dira-t-on »  déclame Odilon Assou. Quatre slameurs ont obtenu cinq cartons verts chacun au cours de cette soirée. Il s’agit de Junior Vinou, Zogbé, Willy Champion et Chanceline Mevowanou.

©www.benincultures.com

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Quinzaine de la photographie au Bénin : Des images, reflets des situations de troubles, exposées

Next Article

Photographie : « Le photographe en temps de troubles est l’œil de la population »

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *