Découverte : Studio Africa Sound City

Author: Pas de commentaire Share:

Situé à Kindonou en plein cœur de Cotonou, le centre culturel Africa Sound City qui est un espace d’expression musicale dispose aussi d’un studio d’enregistrement et de production. Nous avons rencontré l’artiste Jah Baba le promoteur de ce Centre et du studio. Dans un climat détendu, nous avons essayé d’en savoir plus sur le parcours de cette institution.

L’histoire de ce studio commence dans les années 2000 à Godomey, un quartier de la commune d’Abomey Calavi. Au départ, il n’y avait que les proches de l’artiste Jah Baba qui savaient qu’il mettait en place une telle entreprise d’enregistrement. De 2000 à 2005, les premières bases ont été posées avec l’achat des instruments de démarrage. Et sa formation dans l’ingénierie du son et son background dans la sonorisation sont des éléments qui ont poussé l’artiste à entreprendre une telle aventure. Après ce fut le tour d’Agla d’accueillir le studio déjà prêt et qui aidait des jeunes artistes à s’exprimer. « J’ai eu des problèmes avec le propriétaire qui m’a vendu la parcelle à Agla, raison pour laquelle j’ai dû déménager pour m’installer à Kindonou. » explique Jah Baba. De Godomey avec 2 cabines à Kindonou en passant par Agla, le studio dispose aujourd’hui de 8 cabines. Estimé à un montant supérieur ou égal à 60.000.000 f CFA, le studio Africa Sound City dispose de matériels d’enregistrement de dernière génération. « Je m’arrange toujours pour prendre des matériels de qualité. Je peux ne pas acheter beaucoup mais j’insiste sur la qualité. » souligne Jah Baba. Plusieurs artistes d’ici et d’ailleurs ont bénéficié déjà des prestations de cette usine du son de…On peut citer entre autres la feue Zouley Sangaré, Ramou, Zeynab Habib, Don Métok, Vi Phint, Sèssimè, Poly Rythmo, Jah Baba, Kèmy, Faty et bien d’autres.

Au-delà de l’enregistrement, le studio Africa Sound City veut maintenant identifier, former, produire et promouvoir de jeunes talents de la musique béninoise. L’institution veut offrir à travers un circuit de production et de promotion, une passerelle aux jeunes talents qui s’appuie sur la détection. Il faut aussi noter que le studio offre aussi des modules de formation pour tous ceux qui désirent embrasser cette carrière.

Paterne TCHAOU

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Chronique des acteurs : Samson ADJAHO nous parle du tandem Cinéma-tourisme pour révéler le Bénin

Next Article

Vernissage à l’Institut Français de Cotonou : Rémi Samuz parle des femmes avec tolérance et respect.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *