Cinéma : les Béninois Hervé Djossou et Jean Odoutan reçoivent le soutien de l’OIF

Author: Pas de commentaire Share:

Réunies en septembre à Paris, les deux commissions du Fonds Image de la Francophonie (Documentaires/séries et Cinéma-fiction), présidées respectivement par les cinéastes Marguerite Abouet et Rithy Panh, ont retenu 19 projets de 9 pays francophones du Sud, parmi lesquels les Béninois Hervé Djossou et Jean Odoutan. 

Une aide à la production de 26 épisodes de la série de fiction (26 minutes) Le Patron d’Hervé Djossou et une aide à la production du long métrage (90’) Grand frère Tambour-Tam-Tam de Jean Odoutan. Ils sont deux, les Béninois retenus par les deux commissions du Fonds Image de la Francophonie au cours de sa session de septembre 2017.

Produit par Belimage SARL, la série de fiction Le Patron relate la vie de la jeune Funke, qui, reniée à sa naissance par son père qui n’est autre que le grand couturier Guili, installe son atelier de couture exactement en face de celui de son père, pour se venger. Quant au long métrage Grand frère Tambour-Tam-Tam, il est co-produit par Tabou-Tabac Films (Bénin) et 45 Rdlc (France).  Il expose, par le biais de chapitres charpentés en comédie musicale, la vie de quatre bambins jusqu’à la descente aux enfers, des trajectoires brisées !

« Des bambins qui étaient appelés à devenir de grandes figures emblématiques, mais qui ont été frappés par le mauvais sort : la disparition d’un des piliers de la famille, le père. Des pères terrassés par des fléaux qui minent l’Afrique subsaharienne. Cette absence de père qui déclenche chez certains la perte du repère et qui les incite à avoir de grosses ambitions : partir loin de la misère et revenir faire le paon. Et pour partir, il faut de l’argent » renseigne la fiche de présentation du film.

Doté d’un million d’euros par an, le Fonds Image de la Francophonie est le fonds d’aide à la production audiovisuelle et cinématographique de l’OIF. Il soutient exclusivement des projets de réalisateurs francophones du Sud. Ses deux commissions se réunissent chacune deux fois par an, en avril-mai et en septembre.

Consulter la liste des 19 projets retenus

©www.benincultures.com

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

L’UAC accueille un colloque international sur les modifications culturelles et cultuelles induites par l’esclavage

Next Article

Chronique Urbaine #5 : DJ Highfa, un talent urbain en pleine expansion

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *