Cinéma : le ministre Ange N’koué s’active pour la relance du secteur

Author: Pas de commentaire Share:

La salle de conférence du ministère du tourisme et de la culture a abrité ce jeudi 21 septembre 2017, une rencontre entre le ministre Ange N’koue et les acteurs du cinéma béninois. Une rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la relance de ce secteur important mais trop longtemps négligé.

S’interroger. Débattre. Se décider. Voilà en trois mots résumés les objectifs de cette rencontre initiée par le ministre en charge de la culture, Ange N’koué. Ce jeudi, à la salle de conférence du ministère du tourisme et de la culture où il rencontrait les acteurs du secteur du cinéma, le ministre a rappelé l’importance que revêt la séance.

«D’abord, elle nous offre la possibilité de nous interroger une fois de plus sur l’avenir d’un secteur prometteur mais très peu exploré dans notre pays. En effet, le cinéma est un élément important de l’économie internationale en termes de création de richesse et d’échange culturel. (…) Cette séance ouvre le débat sur la nécessité pour le Bénin d’envisager plus sérieusement une collaboration avec le Nigéria dont les prouesses cinématographiques sont mondialement reconnues » a affirmé le Ministre.

S’appuyant sur des rapports de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) sur l’économie créative, le ministre a exprimé sa désolation de l’état actuel du secteur du cinéma qui peut contribuer davantage au développement de la nation. En effet, pour la seule année 2011, la CNUCED a évalué le total du commerce mondial des produits et des services à 624 milliards de dollars, environ 350 mille milliards de FCFA. De fait, l’organisme des Nations Unies reconnaît l’économie créative comme étant l’un des secteurs les plus dynamiques de l’économie mondiale et fortement transformateur en termes de génération de revenus, de ration d’emplois et de recettes d’exploitation.

Le Nigéria en exemple

Les ambitions du ministre du Tourisme et de la Culture exprimées dans son adresse à l’ouverture de cette rencontre avec les acteurs du secteur cinéma, sont claires : Prendre exemple sur le Nigéria (situé à l’Est du Bénin) dont le secteur cinématographique affiche des chiffres extraordinaires. En effet, 3è pays producteur de films au monde, le Nigéria se classe derrière les Etats-Unis et l’Inde. En 2014, l’industrie cinématographique nigériane, c’est plus d’un million d’emplois pour une rémunération de l’auteur par film qui varie entre 1.000 et 3.000 dollars. Des chiffres qui font rêver.

« Il est difficile de comprendre que le Bénin, de comprendre que le Bénin, géographiquement et culturellement aussi près du Nigéria, ne puisse pas asseoir un cadre d’échange qui offre à nos cinéastes, réalisateurs, producteurs, scénaristes et autres, la chance de se faire former, de profiter de collaborations professionnelles qui pourraient rendre à terme leur production exportable et appréciée », s’étonne Ange N’koue.

Il espère que cette rencontre posera véritablement les bases de cette collaboration avec Nollywood, l’industrie cinématographique nigériane. D’ailleurs, elle se tient en prélude à l’arrivée imminente d’une délégation d’experts nigérians du cinéma. « Une feuille de route précisant l’axe de collaboration avec le Nigéria est donc attendue à l’issue de cette rencontre pour clarifier nos attentes en matière de formation de nos cinéastes » précisera le ministre avant de lancer les travaux.

Chanceline MEVOWANOU (Collaboration) ©www.benincultures.com

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Bénin : Vers le développement des pôles touristiques

Next Article

Littérature : Colbert Dossa publie un ouvrage sur le vécu des enseignants vacataires

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *