Bénin : « Les Editions Plurielles » toujours dans la dynamique de structurer le secteur du livre

Author: 2 commentaires Share:
Photo de famille des journalistes culturels ©Bénincultures
Photo de famille des journalistes culturels ©Bénincultures

10 jeunes porteurs de projets d’écriture et 10 journalistes culturels ont participé respectivement du 11 au 14 juin et du 15 au 18 juin à des ateliers de renforcement de capacités. Organisés par Les Editions Plurielles avec l’appui de ses partenaires, ces ateliers s’inscrivent dans le cadre de la 7è édition du concours national d’écriture « Plumes Dorées ».

C’est devenu une tradition à chaque édition du concours national d’écriture « Plumes Dorées » organisé depuis 2008 par « Les Editions Plurielles ». Fidèle en effet à son objectif de détecter, de former et de publier les jeunes béninois porteurs de projets d’écriture, cette maison d’édition a encore réuni à Lokossa au cours du mois de juin une vingtaine de jeunes pour deux ateliers de renforcement de capacités.

1ère catégorie de personnes concernée, les porteurs de projets d’écriture. Ils sont une dizaine à avoir pris part à l’atelier organisé à leur intention. Sélectionnés après un appel à proposition de manuscrits dans le genre théâtre (le genre retenu pour cette édition), les 10 jeunes écrivains ont été encadrés par le dramaturge Hermas GBAGUIDI et le comédien Alfred FADONOUGBO. Du 11 au 14 juin, les participants ont pu se familiariser aux différentes techniques de l’écriture dramatique.

Aux dires des organisateurs, cet atelier devra permettre aux participants de parfaire leur écriture. « On a reçu beaucoup de propositions de textes de jeunes repartis sur l’ensemble du territoire. Nous avons retenus ceux qui étaient les plus pertinents. Mais il reste du travail », explique Koffi ATTEDE, Directeur du Concours. Il poursuit, « cet atelier que nous organisons nous permet de remettre les postulants à niveau. Nous leur donnons les règles de base de l’écriture dramaturgique. De sorte qu’à la fin du processus, même ceux qui ne seront pas lauréats puissent au moins avoir le bagage nécessaire qu’il faut pour se lancer, s’ils le veulent, pour devenir écrivain ».

Le clin d’œil « utile » aux journalistes culturels

Une des particularités de cette édition du concours national d’écriture « Plumes Dorées » est sans aucun doute l’organisation d’un atelier de renforcement de capacités en critique littéraire au profit des journalistes culturels. En effet, à la suite des porteurs de projets d’écriture, les journalistes culturels issus de la presse écrite, audiovisuelle et en ligne ont participé à un atelier à Lokossa du 15 au 18 juin dernier.

En intégrant, pour la première fois, cette activité dans le processus du concours, les organisateurs entendent d’une part, attirer l’attention des journalistes sur ce genre journalistique qui ne jouit pas d’une bonne visibilité dans les organes de presse, à défaut d’avoir des revues ou magazines spécialisés livre au Bénin. D’autre part, il s’agissait pour « Les Editions Plurielles » de sensibiliser les participants sur la spécialisation en matière de critique pertinente d’ouvrages publiés, sinon à l’animation de pages culture dans leur rédaction.

A ce propos, que ce soit avec la communication du jeune écrivain Jean-Paul TOOH-TOOH ou celle de Tanguy AGOÏ, chroniqueur littéraire à Canal3 Bénin, les journalistes ont exprimé leurs difficultés face à une telle spécialisation dans leurs organes. Des difficultés qui, aux termes des discussions et échanges, ont abouti à des propositions de solutions que chaque participant s’est promis de mettre en œuvre au sein de sa rédaction.

Les organisateurs espèrent donc pourvoir retrouver de plus en plus dans les parutions des organes de ces confrères, des chroniques littéraires. « Ce serait une avancée de plus dans la dynamique des Editions Plurielles qui souhaite avant tout une restructuration du secteur du livre au Bénin », a conclu Koffi ATTEDE.

©www.benincultures.com

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Previous Article

Afrima 2014 : Le comité d’organisation reçoit le « soutien technique » du Bénin

Next Article

Touch my body, Don’t touch my body : De la danse éducative

Vous pourriez aussi aimer

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *